Le Monumento a Fray Antonio de Montesinos à Saint-Domingue est avant tout une histoire, celle de la lutte d’un homme en faveur des droits des Taïnos. Certes, la statue est impressionnante. Mais pas moins que l’histoire qui se cache derrière cet illustre personnage qui crie à tous les vents les injustices commises sur l’île Hispaniola.

Montesinos : l’histoire d’un combat pour les droits des indiens

Offerte à la République Dominicaine par le Mexique en 1982, l’immense sculpture se dresse sur le malecón. Elle repose sur un piédestal surplombant la playa Montesinos, le long du Paseo Presidente Billini. Elle se situe juste en face du fort et Parque San José, à environ 10 minutes de marche de la Catedral Primada de America

Un hommage au philanthrope Montesinos

Monumento a Fray Antonio de Montesinos à Saint-Domingue

Monumento a Fray Antonio de Montesinos à Saint-Domingue

Comme son nom le laisse supposer, le Monumento a Fray Antonio de Montesinos est un monument construit en hommage à Fray Antonio de Montesinos (1480-1540). Missionnaire et frère dominicain, l’illustre philanthrope est immortalisé par une statue absolument monumentale. L’œuvre mesure près de 15 mètres de hauteur et pèse plusieurs tonnes. Sa signification ? Elle représente Montesinos scander un sermon qui dénonce les horreurs infligées aux indiens par les colons espagnols. En 1511, le quatrième dimanche de l’Avent, Montesinos prononce le célèbre sermon devant le vice-roi des Indes Diego Colón et les autorités de l’île Hispaniola au couvent des dominicains.  

Les atrocités des colons espagnols envers les Taïnos

Une colonisation reste une colonisation…

Peinture de Taïnos jouant au jeu de la Batey

Représentation de Taïnos jouant au jeu de la Batey – Peuple indigène de l’île Quisqueya (actuelle Hispaniola) avant l’arrivée de la Conquista

Pour résumer l’histoire de la Conquista, les colons espagnols ont expropriés les indigènes de leurs terres. Ils les ont réduits à l’esclavage pour extraire de l’or, puis les ont converti à leur croyance, à leur organisation sociétale et à leur système économique. Durant la colonisation, les Taïnos ont bien évidemment été affamés, violentés, torturés et massacrés lorsqu’une des maladies importées par la colonie ne les tuait pas. Va s’en dire qu’à cela s’ajoute les viols des Taïnas par les colons.

>>> En savoir plus et lire l’article Les Taïnos et Quisqueya : racines de la République Dominicaine

Le contexte du sermon de Montesinos

Monumento a Fray Antonio de Montesinos à Saint-Domingue

Monumento a Fray Antonio de Montesinos à Saint-Domingue

C’est dans ce contexte que Montesinos dénonce les atrocités commises contre les populations indigènes. Son sermon les qualifient d’injustes et contraires aux principes chrétiens. Le Frère dominicain exhorte même les colons à mettre fin à leur comportement inhumain, et à traiter les Indiens avec respect et dignité.

Le début des droits des indiens

Le sermon de Fray Montesinos fait son effet et attire l’attention de la Couronne sur les abus commis dans les colonies espagnoles. Son discours contribue à susciter un débat sur les droits des populations indigènes dans le Nouveau Monde. Malheureusement, comme l’on peut s’en douter, ses paroles ne mettent pas immédiatement fin aux abus. Son sermon est surtout considéré comme le début du mouvement pour les droits des Indiens en Amérique espagnole.

Le système de l’encomienda 

Le travail forcé mis en place par les colons

Comme écrit plus haut, les Taïnos sont réduits à la condition d’esclavage pour extraire de l’or mais aussi pour travailler de manière forcée dans les encomiendas. Pour qui l’ignore, l’encomienda consistait en un système de travail forcé mis en place par les conquistadors espagnols pendant la période coloniale en Amérique du Sud et en Amérique centrale. Dès l’arrivée sur l’île Hispaniola, tout nouveau colon se voyait attribué par le gouverneur des terres et des taïnos à exploiter. Le principe ? Enrichir le nouveau colon, créer des denrées pour la colonie, exporter le surplus de production vers l’ancien continent, et diviser, contrôler et convertir les Taïnos au christianisme

L’esclavage des indigènes de l’île Quisqueya

L'esclavage des indigènes de l'île Quisqueya

Instruments de torture liés à l’esclavage sur l’île Hispaniola – Museo del Hombre Dominicano

Dans ce système, les colons étaient censés fournir une éducation religieuse et une protection aux populations indigènes. Mais en réalité, on se demande bien quelle protection les colons pouvaient apporter puisqu’ils représentaient eux-mêmes le danger et la menace. Car dans la grande majorité des cas, les conquistadors exploitaient les taïnos de manière abusive et violente, les obligeant à travailler dans des conditions d’esclavage.

La disparition de la population Taïna

Statue de Caonabo, cacique Taïnos

Statue de Caonabo, cacique Taïnos – Museo del Hombre Dominicano

Le système de l’encomienda a été largement critiqué pour ses abus et ses injustices envers les populations indigènes. Malheureusement, les critiques ne payent pas et l’encomienda a contribué activement à la diminution drastique de la population Taïna. En bref, les taïnos ont été condamnés à disparaître dès l’arrivée des colons en 1492. Les rares survivants ont dû convertir leurs systèmes social, politique, économique, et religieux selon les exigences des colonisateurs.

Pour se donner une idée du massacre, entre 200 000 et 300 000 Taïnos vivaient sur l’île Hispaniola avant la découverte des Amériques (l’île s’appelait d’ailleurs Quisqueya avant la colonisation). Puis 25 ans après l’arrivée des conquistadors, on ne comptait pas plus de 12 000 taïnos.

>>> En savoir plus et lire l’article République Dominicaine : toute l’histoire depuis la colonisation

Leyes de Burgos ou la Loi de Burgos

Montesinos était donc un fervent défenseur des droits et libertés des indiens taïnos. Il joua un rôle des plus importants dans la promulgation des Lois de Burgos. Comment ? En faisant pression sur la Couronne espagnole et en sensibilisant lui-même le roi Ferdinand d’Espagne.

Un texte de lois en faveur des populations indigènes

Les lois de Burgos sont des lois promulguées par la Couronne espagnole en 1512. Elles sont établies pour réglementer les relations entre les colons espagnols et les populations indigènes des territoires nouvellement conquis en Amériques et dans les Caraïbes.

Des lois ignorés par les colons

Nommées d’après la ville où elles sont promulguées, les lois de Burgos sont destinées à protéger les populations indigènes de l’exploitation et des abus des colons espagnols. Elles définissent des règles concernant le traitement des Indiens. Notamment en ce qui concerne leur travail, leur éducation religieuse, leur protection et la justice à leur égard. Malheureusement, les lois de Burgos n’ont pas l’effet escompté par les défenseurs des droits des indigènes. Elles restent le plus souvent de jolis mots couchés sur le papier… En effet, les Lois de Burgos s’avèrent inefficaces car elles sont largement ignorées sur l’île par les colons espagnols. 

Sermon de l’Avent de Fray Antonio de Montesinos

Ego vox clamantis in desierto : Voix de celui qui crie dans le désert

Ego vox clamantis in desierto : Voix de celui qui crie dans le désert

Ego vox clamantis in desierto : Voix de celui qui crie dans le désert

Vous trouverez ci-dessous la traduction du célèbre sermon prononcé par Fray de Montesinos :

“Vous êtes tous en péché mortel et vous y vivez et y mourez, à cause de la cruauté et de la tyrannie que vous exercez sur ces innocentes gens. Dites, avec quel droit et quelle justice maintenez-vous ces Indiens dans une si cruelle et horrible servitude ? 

Avec quelle autorité avez-vous mené des guerres si détestables contre ces gens qui étaient dans leurs terres, paisibles et tranquilles, où vous en avez exterminé tant d’entre eux, avec des morts et des ravages jamais entendus ? 

Comment les avez-vous si opprimés et épuisés, sans leur donner à manger ni les soigner dans leurs maladies, qu’ils contractent à cause des travaux excessifs que vous leur imposez et qu’ils en meurent, ou, pour mieux dire, que vous les tuez, pour extraire et acquérir de l’or chaque jour ? 

Et quel soin avez-vous de les instruire pour qu’ils connaissent leur Dieu et créateur, soient baptisés, entendent la messe, respectent les fêtes et les dimanches ? 

Ne sont-ils pas des hommes ? 

N’ont-ils pas des âmes rationnelles ?

Ne l’êtes-vous pas ? »

Informations pratiques

Découvrir Saint-Domingue et sa zone coloniale